La colorimétrie, c’est quoi ?

Ceci est mon premier article sur mon blog, je prends ma plume aujourd’hui afin de d’exposer mes connaissances, de partager mes expériences liées au conseil en image.

J’ai décidé de me lancer en temps qu’entrepreneure afin de contribuer au bien-être des gens en passant par la gestion de leur image ainsi que par la révélation de leur potentiel.

On ne sait pas à quel point une bonne analyse colorimétrique est importante voire primordiale afin de paraître en forme ou simplement impacter son entourage de manière positive.

Personnellement, je n’en n’avais moi-même qu’une vague idée, et j’étais bien loin du compte…
Par exemple, je savais quelle couleur m’allait bien au teint mais je n’en connaissais pas la raison. Tout comme je ne savais pas comment expliquer pourquoi ce type de rose ou de jaune-là me donnait l’air fatigué.

J’ai, en 2018, étudié la colorimétrie, entre autre, dans une école reconnue en Suisse, basée à Berne. J’ai pu apprendre les tenants et aboutissants de la colorimétrie et ainsi compris comment utiliser les couleurs sur moi et sur les autres.

J’ai pu enfin mettre des mots sur les bons côtés de certaines teintes et de l’autre, connaître leurs potentiels méfaits sur l’apparence générale d’une personne et sur la mienne.

Je maîtrisais enfin la clé de voûte d’une apparence qui pouvait me plaire et j’avais presque effectué tout le job…. D’autres critères étaient à prendre en considération bien-sûr pour avoir le bon style, mais j’y étais presque!

Afin de comprendre ce qu’est la colorimétrie et à quoi elle sert, il faut d’abord passer par un petit peu de théorie.

En effet, chaque personne appartient à une catégorie, possède un archétype défini.

La méthode qu’on m’a enseignée est inspirée de Carol Jackson, la première Conseillère en image. Elle était américaine et à créé sa propre méthode en 1960, en s’inspirant de Johannes Itten, un artiste suisse ayant enseigné en Allemagne, à la Bauhaus Schule, à la fin de la seconde guerre mondiale.

Outre le cercle chromatique, (la notion de couleurs primaires, secondaires et tertiaires ou analogues qu’il avait inventé) il a été le premier à remarquer que les couleurs que nous affectionnons et portons sont le reflet de notre intérieur, de nos émotions, et, que ces mêmes couleurs créent un impact sur les autres, qu’il soit positif ou négatif. On appelait cela l’harmonie des couleurs subjectives.

Carol Jackson a repris les préceptes de ce dernier pour créer des archétypes de femmes. Chaque type correspondait à une saison. Je parle ici de « femmes », car à l’époque, il ne s’agissait pas de la gente masculine, les femmes étant les principales intéressées. La Style et la mode étaient essentiellement destinés aux dames.

Voici une brève explication des différents archétypes et leurs caractéristiques:

1. Nous avons la femme hiver, brune, peau claire, yeux bruns ou bleus, teint froid, au complexe yeux et cheveux contrasté. Il est important de préciser qu’une femme typée méditerranéenne, Asiatique, afro-américaine, indienne a également le teint froid. Cette notion est difficile à assimiler au début car nous avons tendance à nous dire que puisque ce type de femme provient d’un pays chaud, alors elle possède forcément un teint chaud, ce qui est une erreur.
En effet, ce qui réunit les toutes ces femmes sous le groupe teint froid est leur mélanine jaune. Nous pouvons également leur constater des cernes bleues et parfois des petites rougeurs sur les joues.

2. Nous avons la femme printemps au teint très contrasté, chaud, avec un teint de porcelaine, opalin, yeux verts ou noisettes, cheveux blonds vénitiens, souche rousse (on peut la comparer au personnage de Brie des Desperate Housewife). Elle ne bronze pas, mais rougit au soleil.

3. Nous avons la femme été, teint froid, au complexe moins contrasté, yeux bleus clairs, chevelure blond cendré, yeux bleus, type scandinave.

4. Ensuite nous avons la femme automne au teint chaud, au complexe peu contrasté, les yeux noisettes ou verts. Nous constatons beaucoup de taches de rousseurs, et chevelure rousse type irlandaise. Elle possède un teint de pêche. On observe des cernes blanches dans beaucoup de cas. Elle bronze au soleil.

Bien évidemment ces archétypes de femmes sont également valables chez les hommes.

Il faut préciser que parfois les taches de rousseur peuvent apparaître chez un teint froid, type hiver, ce qui est personnellement mon cas. J’ai également des cernes bleutées (malheureusement pour moi). Les cheveux foncés et la peau mate, les yeux verts-noisettes. En dernier recours et afin d’être certaine que j’appartiens bien au groupe froid, je retourne mon poignet. Je peux ainsi voir mes veines bleues et non pas vertes. Toute cette analyse me permet de certifier que moi, Stéphanie, j’ai le teint froid, type hiver.

Autrement dit, si vous choisissez des couleurs autour de votre visage qui ne correspondent pas à notre type de teint, vous aurez l’air fatigué, terne, plus âgé….. Et ce n’est pas ce que vous voulez! Et moi non plus d’ailleurs…
En outre, il est d’usage d’effectuer une analyse colorimétrique après trente ans car le teint naturellement frais de nos vingt ans disparaît progressivement avec le temps. La faute à nos vies de jeunes parents et de travailleurs acharnés!

Après ces quelques lignes prolixes, j’espère avoir pu éclairer vos lanternes quant à la notion de colorimétrie et comment déterminer votre type de teint.

Dès lors que vous l’aurez défini, vous serez plus disposés à choisir une garde robe qui flattera votre teint et qui vous rendra en conséquence plus attirant pour votre entourage. Vous gagnerez alors confiance en vous et vous vous apprécierez encore plus!

Dans mon prochain article je vous parlerai des couleurs à adopter en fonction de votre teint, et aussi celles qu’il vous faudra bannir de votre garde-robe. Je vous expliquerai également quelques petits trucs afin de ne pas tout acheter à nouveau et ainsi épargner quelques deniers.

À très vite!